top of page
photo_choc_amoureux.jpg

Dans la partie inférieure du montage, on voit Stéphanie Beaudoin 6 mois après la nuit déterminante du party de Noël (voir dans le texte). On la voit préparer des crêpes (sic!) pour ce qui sera le premier weekend «Crêpes et Cidres» organisé par le «Circuit du Paysan» de la Montérégie.

IL Y A 25 ANS; LE CHOC AMOUREUX

François Pouliot, fondateur de la cidrerie, vient tout juste de fêter son 59e anniversaire. On s'est dit que c'était là une belle occasion de vous raconter quelques étapes de sa vie trépidante.

On poursuit ici le récit.

Partie 3 de 4.

Contexte

On se souvient que les premières bouteilles de Neige (défini alors comme un cidre liquoreux) ont été embouteillées dès 1995 à La Face Cachée de la Pomme et que le premier étiquette au monde à recevoir la mention «Cidre de Glace» a été celui apposé sur le Neige de la récolte 1997.

L'année du verglas
En janvier 1998, c'est la fameuse tempête de verglas qui paralyse le Québec en entier. Toute personne ayant été témoin de cet événement marquant a certainement une anecdote à raconter; François aussi.


Au jour 1 du verglas, Pouliot, 33 ans, est en pleine production d'une publicité* pour un client français. Le tournage se déroule dans l'édifice de l'ONF (Office National du Film) qui longeait alors le Métropolitain. Suivant le contrat de production, la compagnie Les Productions François Pouliot** tourne durant 4 jours à Montréal en film 35 mm. Elle doit faire transférer la pellicule en vidéo au Québec et faire parvenir les cassettes à Paris pour le montage par le réalisateur français.

Or, le premier soir de la tempête, il sera impossible pour François de retourner à Hemmingford. Les routes sont bloquées. Heureusement, ses chiens, deux labradors nommés McIntosh et Cortland, sont pris en charge par sa voisine. Dans le chaos de Montréal, François réussit in-extremis à avoir une chambre d'hotel mais, sans éclairage ni eau chaude. 

Durant les journées extraordinaires qui suivent, François fait les aller-retours entre Montréal et Hemmingford en Montérégie. Cette grande région située au sud de l'île de Montréal sera nommée le triangle «noir» parce que pendant 28 jours, il n'y aura plus d'électricité. Dans l'ancienne maison de pierres qui date de 1842, François se débrouille assez bien grâce à son poêle à gaz et le foyer de bois. Il peut ainsi accueillir 4 membres de sa famille; son père, sa belle-mère, sa demie-soeur et son neveux de 3 ans.  Ces derniers vont habiter chez lui durant 3 semaines.

Quant à la production de la pub, une grosse génératrice avait été louée pour assurer le tournage. Mais, pour ce qui est de la pellicule, faute d'électricité dans le restant de la ville, les originaux des bobines de film ne pourront pas être transférées en vidéo. Pas le choix;  elles seront livrées par avion dans les bras du réalisateur français sur son retour. 


Qu'en est-il du choc amoureux?  
11 mois plus tard, le 18 décembre 1998, François se rend à un party de Noël de la boîte de production Jet Films à Montréal. C'est à cette fête que tout bascule. Il ne voit que cette fille aux cheveux courts. Stéphanie Beaudoin a alors 29 ans. Elle est déjà mère de jumelles de 8 ans. Elle est issue du milieu des arts visuels, elle avait réalisé un court métrage en film et, avec Jet Films, une pub;  d'où sa présence... Or, ce soir-là pourtant, elle ne voulait pas se rendre au party de Noël.  


La suite dans la prochaine infolettre...


* Publicité pour la chaîne de restaurant Flunch.

** Les Productions François Pouliot va changer de nom pour Yul Films dans les mois qui suivent.

bottom of page